Gargantua, Honoré Daumier

En août 1832, le caricaturiste Honoré Daumier est jeté au trou. Il devra purger 6 mois de prison et payer 500 F d’amende. Le régime du roi Louis Philippe (1830-1848) lui reproche d’avoir réalisé une série de caricatures contre le souverain. Gargantua est l’une d’elle. Ce dessin paraîtra le 16 décembre 1831 dans La Caricature, journal d’opposition républicain.

Qu’y voit-on ? Installé sur son trône, le monarque accueille dans sa bouche béante une échelle qui la relie au sol. Grâce à elle, des valets peuvent y acheminer des hottes d’écus récoltés auprès d’une foule de personnes d’allure dépité et modeste, (en bas à droite). D’autres personnages (à gauche), paraissent, eux, bien mieux vêtus et nourris. Ils se sont massées près du roi, sous la chaise duquel s’accumule un amas de papier. Quel sens faut-il donner à cette mise en scène ?

Dans la France de 1831, les idéaux de la Révolution française peinent à s’imposer, provoquant révoltes politiques et sociales. Dès son accession au trône en 1830, le « roi bourgeois » se heurte à la presse républicaine, dont Daumier est une figure naissante. À travers ce dessin, le caricaturiste critique l’injustice d’un système fiscal qui profiterait surtout aux notables.

Les sacs d’or engloutis par le roi représentent l’impôt prélevé au sein du peuple, incarné par une foule d’artisans, d’ouvriers. Assis sur son « trône », en fait une chaise percée, le monarque défèque ces écus sous forme de parchemins. Autant de décorations et de titres avec lesquels il corrompt les députés (en bas à gauche), dont certains se montrent admiratifs devant l’oeuvre de leur bienfaiteur. Une fois « récompensés », ils se dirigent en masse, tel un troupeau de bovins, vers le Palais Bourbon, siège de la Chambre des députés.

Daumier met en opposition les gens qui travaillent, les « gens utiles », et les notables, proches des cercles du pouvoir. De « nouveaux oisifs », apparentés ici aux nobles pensionnés de l’Ancien Régime. Gargantua, c’est évidemment Louis-Philippe. Avec son visage flasque, sa grosse bedaine, le roi incarne le célèbre personnage de Rabelais : Un géant obèse à l’appétit glouton, démesuré, quasi insatiable.

Cette caricature scatologique était naturellement une offense sérieuse à la personne du roi, dont on remarquera que le visage prend l’allure d’une poire. Une physionomie grotesque qui lui restera longtemps associé. Bien qu’elle lui valut d’être emprisonné, Gargantua assura un début de notoriété à celui qui deviendra l’un des plus grands caricaturistes français du 19ème siècle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *